Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche avancée
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche par géolocalisation
Rechercher :
Entrez un lieu, une adresse, une ville, un pays... :
Distance :  près
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche par couleur
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Qualité disponible :
A4 +
Fonds :
Référence :
IRD_073879
Nom de la collection :
Titre :
La bioinformatique au service de la génétique des plantes, Montpellier
Légende :
Les premières analyses bioinformatiques post-séquençage permettent de reconstituer le génome complet de l'organisme séquencé à l'aide du séquenceur Nanopore (ici une plante de riz africain). A l’issue du séquençage, un volume important de données a été généré pouvant correspondre jusqu'à 50 gigabases.

Ici, Christine Tranchant-Dubreuil, Ingénieur de recherche bioinformaticienne UMR DIADE et Julie Orjuela-Bouniol Ingénieur d'études bioinformaticienne, UMR DIADE, CapMediTrop.
Date :
17/06/2021
Zone géographique :
Lieu :
Mention obligatoire :
Mots clés :
Contexte :
Les analyses bioinformatiques vont permettre de traiter automatiquement ce volume de données : conversion des fichiers bruts (produit par le séquenceur) en séquences, traitement de la qualité de séquençage jusqu'à l'assemblage des séquences pour reconstituer le génome complet. Les analyses sont réalisées sur le cluster de calcul i-trop.
Utilisation autorisée
Patrick LANDMANN
Fonction : Auteur(e)
Sélection
Voir sélection
Déposer ici pour retirer de la sélection