Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche avancée
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche par géolocalisation
Rechercher :
Entrez un lieu, une adresse, une ville, un pays... :
Distance :  près
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche par couleur
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Code HTML Copiez-collez le code ci-dessous pour intégrer le média dans une page Web.
Nom de l'album :
N° bande - N° plage :
N° bande : 1-6 / N° plage : A-6
Durée :
00:02:58
Fonds :
Référence :
IRD_070779
Date de production :
01/01/1980
Nom de la collection :
Titre :
Philippines, archipel de sulu - Sambulayang
Descriptif plage(s) :
Comme d'autres morceaux tels tunistunis, libutkappa, walila, sakayankusakayan, sa.mbulayang fait appel à la totalité des gongs du kulintangan : huit sont utilisés pour la mélodie, le neuvième par le solembat.
Comme titik to'ongan, il s'agit de morceaux purement orchestraux destinés au seul plaisir de jouer et sur lesquels on ne danse pas. Demandant une virtuosité que peu possèdent, ils sont rarement joués, n'ont aucun rôle cérémoniel et, le plus sou- vent, ont été appris auprès de Samal. Ceci les met quelque peu en marge de la culture quotidienne, bien que le prestige qui entoure alors la joueuse en soit un élément important, et rappelle les apports du monde extérieur à cette culture par l'intermédiaire des Samal côtiers (agriculteurs-commerçants) qui, moins à même de fuir les contacts extérieurs, semblent avoir été de longue date une sorte de relais-test des innovations culturelles pour les Sama.

Liée à la danse, la musique de gong est exclusivement employée lors des plus importantes représentations de la vie sociale : circoncision (magislam), mariage (magkawin) et danses de possession (magigal jin). Son importance sociale se renforce du fait que chaque élément constitutif de l'orchestre (pangongka'an) a valeur de pusaka’, c'est-à-dire qu'il est investi des pouvoirs de ses anciens possédants ; il se trouve donc être un lieu de rencontre privilégié entre la communauté et ses ancêtres. Malgré cela, les gongs souvent en très mauvais état ne sont plus remplacés, impliquant à plus ou moins brève échéance la disparition de cette musique.

Lieu :
Mention obligatoire :
Mots clés :
Contexte :
Les enregistrements de ce disque ont été effectués conjointement par Alain MARTENOT au cours d'une mission du Centre de Documentation et de Recherches sur l'Asie du Sud-Est et le Monde Insulindien (CeDRASEMI), Laboratoire Associé 183 du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), à Sitangkai (Archipel de Sulu, Philippines) de décembre 1974 à juillet 1976, et par José MACEDA, Professeur à l'Université des Philippines, lors d'une visite de ce dernier rendue possible en mai 1976 grâce à des crédits du Council for Living Traditions.
Instruments :
Groupe ethnique :
Autorisation préalable nécessaire, veuillez passer commande
Intervenant principal
Alain MARTENOT
Fonction : Enregistrement & Photographies
Type de droit : Tous supports sauf utilisation commerciale et numérique
Autres intervenants
IRD - Restrictions Audio
Fonction : Musique
Type de droit : Tous supports sauf utilisation commerciale
Autorisation préalable
Sélection
Voir sélection
Déposer ici pour retirer de la sélection