Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche avancée
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche par géolocalisation
Rechercher :
Entrez un lieu, une adresse, une ville, un pays... :
Distance :  près
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche par couleur
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Code HTML Copiez-collez le code ci-dessous pour intégrer le média dans une page Web.
Nom de l'album :
Durée :
00:13:22
Fonds :
Référence :
IRD_070699
Nom de la collection :
Titre :
Imitations de cris d'animaux, leurres de chasse
Descriptif plage(s) :
Les animaux imités sont successivement :
L'éléphant, le chimpanzé (sÙmbÙ), le céphalophe à bande dorsale noire (ngbJmÙ), le potamochère (ngûià), la vieille panthère (è . mbongo), la nandinie (mbokâ), le vieux gorille (ngitf:), le céphalophe à fesses noires (mo. somé), le céphalophe à dos jaune (bèmbà), la mangouste noire (ngândâ), le crocodile de forêt (kokété), le coucal (mo.mbèmbè), le calao à cuisses blanches (kàtà), le râle à pattes rouges (mo. nzémbi), la pintade huppée (di . kÉmÉ), le céphalophe bleu (mbo- loko - deux imitations différentes) et à nouveau le céphalophe à bande dorsale noire (variation par rapport à la première imitation).
Tout individu pygmée est capable de réaliser de telles imitations, chacun, en fonction de ses caractéristiques vocales, imitant de préférence certains animaux. Ce savoir-faire dénote une observation extrêmement raffinée de l'environnement naturel.
Le cri de chaque animal donne lieu à plusieurs imitations qui rendent compte de variations liées à son sexe, à son âge ou à la situation dans laquelle il se trouve. Ainsi, dans les enregistrements proposes, te céphalophe à bande dorsale noire fait l'objet de deux imitations, le cri aigu et nasillard de la seconde étant celui d'un animal beaucoup plus jeune que dans la première. Dans les cas de la panthère et du gorille, les cris relativement graves et sourds révèlent un âge avancé, les battements qui accompagnent l'imitation du gorille traduisant la colère de l'animal traqué qui frappe de ses mains le sol ou sa poitrine. Le cri du potamochère est celu i d'une bête blessée par la saga ie du chasseur que l'on entend d'ailleurs clamer son succès ( « zÈbà » - « voilà la sagaie, paresseux ! » ). De même, l'imitation du céphalophe à fesses noires et la seconde imitation du céphalophe bleu sont celles de gibiers dont les râles expriment la capture dans les filets (les céphalophes constituent les prises les plus fréquentes lors des battues au filet).
Les moments d'intervention et les fonctions de ces imitations sont multiples:
- divertissements, qui peuvent se limiter au seul amusement (cri du gorille émis par un homme pour effrayer des femmes en train de collecter) mais aussi comporter une visée didactique et d'apprentissage. C'est le cas des cris poussés par le chasseur lorsqu'il s'exerce au maniement de la sagaie ou par les enfants quand il imitent les pratiques de chasse de leurs parents. Les imitations accompagnent aussi la nar- ration, le soir à la veillée, des récit de littérature orale (contes, légendes, mythes, chroniques) qui assurent la transmission du savoir collectif. Tout événement, qu'il soit réel ou mythique, est actualisé, vécu. Dire ne suffit pas, il faut également mimer. Les Pygmées témoignent d'un fort penchant et de dons remarquables pour la pantomime. L'animal évoqué est imité dans son cri mais aussi dans ses gestes et ses comportements, communication entre individus. L'imitation des chants de certains oiseaux (comme le coucal, le râle à pattes rouges, la pintade huppée) permet de mêler le message aux sons de la forêt et de communiquer, selon un code pré-établi, sans éveiller l'attention du gibier que l'on recherche ou du «maître» bantou avec lequel on est en conflit et dont on attendra d'être prévenu du départ pour regagner le campement !
- pratiques rituelles qui conditionnent le succès des chasses et dont le pouvoir propitiatoire est à la fois renforcé et matérialisé par l'imitation de cris d'animaux blessés ou capturés.
- leurres de chasse (b3nf). L'imitation des cris des petits céphalophes permet au chasseur embusqué d'attirer le gibier (céphalophes mais aussi antilopes de plus grande taille) qui, croyant entendre un des siens, s'approche à portée de sagaie, d'arbalète ou de fusil (cette dernière arme est toujours possédée par le «maître» bantou qui la prête à «son» chasseur pygmée).
Date :
01/01/1975
Zone géographique :
Lieu :
Mention obligatoire :
N° bande - N° plage :
Mots clés :
Contexte :
Les enregistrements présentés ici proviennent de la région de Mongoumba (bassin de la Lobaye - République Centrafricaine). Leur recueil par H. Guillaume et B. Surugue, chercheurs à I'ORSTOM, a été effectué au cours de missions menées en 1975 et 1979 dans le cadre de I'ORSTOM et du Laboratoire Propre 3-121 (LACITO) du CNRS.
Groupe ethnique :
Autorisation préalable nécessaire, veuillez passer commande
Intervenant principal
Henri GUILLAUME
Fonction : Texte et photographies
Type de droit : Tous supports sauf utilisation commerciale et numérique
Autres intervenants
Restrictions Audio (IRD)
Fonction : Musique
Type de droit : Tous supports sauf utilisation commerciale
Autorisation préalable
Bernard SURUGUE (IRD)
Fonction : Prise de son
Type de droit : Tous supports sauf utilisation commerciale
Marcel DIKI-KIDIRI
Fonction : Traducteur / traductrice
Type de droit : Tous supports sauf utilisation commerciale
Raymond BOYD
Fonction : Traducteur / traductrice
Type de droit : Tous supports sauf utilisation commerciale
Henri GUILLAUME
Fonction : Réalisateur / Réalisatrice
Sélection
Voir sélection
Déposer ici pour retirer de la sélection