Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche avancée
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche par géolocalisation
Rechercher :
Entrez un lieu, une adresse, une ville, un pays... :
Distance :  près
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Recherche par couleur
Ensemble de recherche :
Tous les médias
  • Tous les médias
  • Photo
  • Vidéo
  • Son
Fonds :
Référence :
IRD_065579
Titre :
Architecture traditionnelle,Togo
Légende :
Le Koutammakou est situé au nord du Togo et du Bénin de part et d’autre de la frontière. Il abrite les Batammariba, appelés « Somba » au Bénin (environ 100.000) et « Tamberma » au Togo (environ 30.000).

Du côté du Togo, le Koutammakou a été inscrit en 2004 sur la liste des sites classés du Patrimoine mondial de l’Unesco en tant que « Paysage culturel évolutif ». Bien que fortement hiérarchisée, leur société de type clanique, fondée sur une éthique en laquelle prédomine le respect des forces de la nature et le culte des ancêtres, s’oppose à toute forme de domination ou d’asservissement.
Légende Dominique Sewane.
Date :
10/06/2016
Zone géographique :
Lieu :
Mention obligatoire :
Mots clés :
Contexte :
L’édification de la takienta, habitat traditionnel des Batammariba, dont le nom signifie littéralement : « Ceux-qui construisent-en malaxant-la-terre-humide », est poursuivie pendant six mois environ. Tours et murs sont édifiés par couches successives de terre mouillée. Au terme de la construction, ils sont extérieurement enduits par les femmes d’une décoction de néré de couleur ocre, qui les protège de l’érosion due aux pluies et aux rafales de vents venus du désert.
La takienta a permis à ses habitants de repousser les envahisseurs, en particulier les cavaliers Bariba, accueillis jadis par des jets de flèches tirées par les meurtrières, et au début du vingtième siècle, les militaires allemands puis français.

C’est au rez-de-chaussée de la « Grande Takienta » de lignage, ou « Takienta-mère », que se trouvent les autels d’ancêtres les plus anciens. En ce lieu toujours plongé dans l’ombre, il est interdit de faire de la lumière ou du bruit. La terrasse, entourée de cases, est « l’abri des vivants ».
Légende Dominique Sewane.\
Utilisation autorisée
Intervenant principal
François TREMEGE
Fonction : Auteur(e)
Autres intervenants
Dominique SEWANE
Fonction : Rédacteur / rédactrice
Sélection
Voir sélection
Déposer ici pour retirer de la sélection